La Conférence de Wannsee

Le 20 janvier 1942, de hauts responsables de la SS, de la police, du parti nazi et de divers ministères se sont réunis dans cette villa afin de décider des modalités de la « solution finale du problème juif ». Sous la direction de Reinhard Heydrich, commandant de l’Office central de sécurité du Reich (RSHA), les participants à la conférence se sont réparti les compétences en vue de la déportation de tous les Juifs d’Europe. Le compte-rendu de cette « conférence des secrétaires d’État » — tel est le nom utilisé dans les documents d’époque — met en évidence le fait que la réunion ne faisait qu’entériner une décision prise au plus haut niveau : c’est en effet Adolf Hitler lui-même qui avait décidé de déporter tous les Juifs des pays d’Europe occupés par les nazis. Selon les termes employés par Heydrich durant la conférence, cette « déportation vers l’Est » et la constitution de ghettos destinés à exploiter la force de travail des Juifs n’étaient que des mesures intermédiaires, l’objectif étant la « solution finale du problème juif » — c’est-à-dire l’assassinat de tous les Juifs d’Europe avant la fin de la guerre.

Alors que le génocide avait commencé dès juin 1941 avec l’invasion de l’Union soviétique, le compte-rendu de la conférence de Wannsee met en évidence la volonté des nazis de procéder à une planification systématique des massacres. En informant les participants et en exigeant leur participation au crime, Heydrich a rendu tout l’appareil d’État complice du génocide des Juifs d’Europe.

C’est parce que les assassins se sont réunis ici que la villa de Wannsee a été transformée en mémorial et centre pédagogique. L’objectif principal de ce lieu de mémoire est de diffuser des informations sur l’idéologie et la politique à la fois antisémitismes et racistes des nazis avant et après 1933, ainsi que sur les modalités pratiques du génocide durant la guerre. Tout un ensemble de textes et de photos illustre de manière exemplaire l’attitude des assassins et de leurs complices tacites. Par ailleurs, des documents mettent en évidence dans quelle mesure la vie des survivants des camps de la mort a été brisée. Le génocide perpétré par les nazis a coûté la vie à environ six millions de Juifs.

plus